24 octobre 2018 0 Commentaire

À toi,

Depuis que l’on s’est parlés,

Je ne me suis empêché de vite t’aimer,

Je ne le regrette en aucun cas,

Car je te dis que je t’aime , comme toi,

Dès la première fois j’ai pu être moi,

Ça fais du bien de ne pas cacher tout ça,

Les qualités et les défauts,

Les sourires , vrais ou faux,

Peu importe tant qu’il y a les sentiments,

Je t’aime et c’est peu face à ce que pour toi je ressent,

Un amour pur ,

Un amour délicat et où je sais que t’es là,

M’endormir le coeur légé,

Pour me dire , avec toi , demain sera une autre journée,

Je ne veux que te parler,

Car je me sent bien , libéré,

Libéré de ces chaînes oprimantes,

Libéré d’une vie attristante,

Celle ou tu trouve que tu es libre,

Que tu trouve ton destin, ta joie de vivre.

Poemanonyme 24/10/18

Laisser un commentaire

Francais34 |
Avipalmus |
Les chroniques de Florian Mazé |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Poussieredecouleurs
| La citrouille enchantée
| Leptitcollidevallie